Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2syriza-grece 

La détermination de la gauche grecque à contrer le gouvernement de droite (droite Nouvelle Démocratie = UMP, PASOK = parti socialiste)  a obligé les serviteurs zélés du capital à dissoudre le parlement.

 

Ici la droite officielle UMP et FN et la droite déguisée: les amis de Lejeune, Le Bihan, Kervaon et leurs supplétifs tremblent à l'idée qu'une vraie gauche puisse gagner les élections en Grèce. Ne comptez donc pas sur eux pour vous informer sur la gauche grecque.

 

Nous apportons ici notre petite contribution comme nous l'apporterons aux cantonales en arrachant le faux nez de Kervaon pour montrer qu'il cache un vrai serviteur de la droite comme le sont Lejeune et Le Bihan.

 

 

Comme on ne peut compter ni sur les médias publics que nous finançons avec nos impôts ni sur la presse française officielle pour nous informer, nous commençons ici une petite série d'articles donnant des informations sur la situation en Grèce et la position de Syriza.

Nous vous proposons:

Un site d'information sur la société grecque

Le programme de Syriza

Un discours très fort de Tsipras que certains qui déshonorent,  à Lannion, l'idée de gauche en étant les supplétifs de la droite devraient méditer par exemple ce passage:

Pour nous, pour la gauche, l’objectif n’est pas le pouvoir.   

C’est la renaissance démocratique de la société, du pays.   

Notre objectif n’est pas d’obtenir les chaises du pouvoir.   

C’est la réforme de l’État au profit du citoyen.  

Notre objectif n’est pas d’obtenir des postes.   

C’est la justice sociale.    

 

Savoir où en est la société grecque

 

http://www.greekcrisis.fr/

 

 

 

A déguster sans modération, le remarquable blog de Panagiotis Grigoriou une promenade souvent triste à travers la Grèce car la réalité y est souvent dramatique. Nous sommes très loin des dépliants touristiques ou des articles de la presse française aux ordres de l'argent et de la finance internationale, l'amie des socialistes...

 

 

Programme de Syriza

 

http://syriza-fr.org/2014/12/29/ce-qui-a-ete-dit-a-thessalonique-lengagement-de-syriza-aupres-du-peuple-grec/

 

 

 

Discours d’ A. Tsipras: «..nous allons remporter cette bataille, l’avenir est déjà en marche. »

 

 

 

Athènes le 29 décembre 2014

 

 

Camarades,

Notre peuple aujourd’hui a remporté une victoire.    

La démocratie a remporté une victoire.    

Notre pays a remporté une victoire.      

La vérité a remporté une victoire.     

Le résultat de l’élection présidentielle est une première victoire des députés qui ont résisté contre la   peur et le mensonge.      

Une première victoire de notre peuple qui guide notre pays hors de la condition humiliante qui était  la sienne jusqu’à ce jour.    

Une première mais grande victoire.    

Parce que cette victoire met enfin le peuple grec sur le devant de la scène.    

Ce peuple grec qu’ils avaient intimidé et dupé en 2012.

Mais aujourd’hui il a acquis non seulement l’expérience mais aussi la connaissance.      

Et le choix est entre ses mains.    

Choisira t il de nouveau le chemin qui nous a conduit à cette tragédie sociale et à cette humiliation nationale?    

Choisira-t-il le chemin de la soumission ou de la démocratie?    

Le chemin de mémorandums ou celui du salut de la société?

Voilà les termes du dilemme qui se posera le 25 janvier.

Et que cela soit clair dans l’esprit de tous, à l’intérieur comme à l’extérieur de ce pays:      

C’est au peuple grec que revient la décision.      

C’est aux Grecs qu’appartient la clef de l’avenir de leur pays.

Et cette clef, ils e  

Et ce, de la façon la plus normale et démocratique qui soit: les élections.     

De la façon dont procède une démocratie qui ne connaît pas d’impasse et qui ne suscite pas la peur

chez qui lui fait confiance.

 

Aujourd’hui, mes ami-e-s, c’est le début de la fin d’une situation qui a plongé la Grèce dans la

pauvreté, le chômage, le malheur et le désespoir.

Le début de la fin pour ceux qui sans vergogne et sans hésitations se sont assujettis à une politique

ntendent bien la conserver entre leurs mains de la catastrophe.  

Parce que la propagande de la terreur n’est pas passée.      

Il n’est pas passé le mensonge, la calomnie, la diffamation, la manipulation.      

Il n’est pas passé, ce chantage qui ne cachait pas sa cible.

Et M. Samaras appartient désormais au passé.    

Malgré ses intrigues et ses chantages, son gouvernement a sombré.    

Mais nous l’avons entendu, avant-hier, dans un mélange hybride d’allocution et d’interview  transmise par NERIT [ndlr. Chaîne «publique» remplaçant l’ancienne chaîne nationale ERT], parler  de la nécessité d’un consensus.    

C’est bien le dernier dans ce pays à pouvoir parler de consensus.    

M. Samaras, en effet, est celui qui s’est déjà donné à la postérité comme le premier ministre qui a  méprisé et déprécié le Parlement comme personne avant lui dans l’Histoire.  

Avec ce record inégalé d’ordonnances et de décrets présidentiels.  

Avec ce record inégalé d’amendements votés de nuit..    

Avec son refus de venir s’exprimer ne serait-ce qu’une fois dans l’heure consacrée au premier ministre à l’Assemblée, heure qu’il a par ailleurs supprimée.  

C’est le premier ministre mieux connu du réfectoire du Parlement que de son amphithéâtre.

C’est le premier ministre qui a refusé tout dialogue et toute rencontre avec ses adversaires  politiques.  

C’est le premier ministre qui soudain une nuit, sans consulter l’Assemblée ni même les partis de sa coalition, a imposé à ERT l’écran noir, étouffant la voix de la Grèce dans le monde et jetant à la rue des milliers d’employés.    

C’est le premier ministre de l’autoritarisme et de la destruction sociale.    

Aussi est-il bien le dernier à pouvoir prêcher le consensus.    

 

Mais face à M. Samaras et au bloc mémorandaire le consensus sera réel.    

Le rassemblement du peuple et de la société se réalisera. Et il sera collectif et fort. Ce sera le grand   consensus pour la mise en oeuvre du Programme de Thessalonique de SYRIZA.

Ce sera le grand  consensus pour une vraie négociation qui posera pour la première sur la table des discussions avec  nos partenaires en Europe une base concrète. Ce sera le grand consensus dans la réalisation semée  d’embûches de la restructuration et du redressement de notre pays 

 

Amies et amis, camarades,    

Certains tenteront dans la perspective des élections – malgré leur récent échec d’intimidation sur les  députés – de propager encore la propagande de la peur sur le peuple.    

D’ailleurs, la peur est leur seul argument.    

Ils croient, peut-être, que comme ils ont réussi à effrayer et tromper notre peuple en 2012, ils réussiront cette fois aussi.    

Ils se trompent.

Parce que les maux qui se produiraient selon leurs menaces en cas de victoire de SYRIZA, le peuple  les a déjà subi.  

Mais l’auteur de ses maux n’a pas été Syriza, mais M. Samaras et la troïka.

Ainsi,et l’épargne du peuple a été saccagée et la résistance financière des classes populaires et des classes moyennes a été épuisée et aussi les habitations principales des ménages, des gens de labeur, ont été confisquées par l’application de cette taxe absurde qui se nomme ENFIA.

Comment et qui intimideront ils cette fois?

Avec quelle crédibilité?   

Maintenant l’avenir du pays se trouve entre les mains de notre peuple. Et il est temps de rétablir la  justice et la vérité.  


Et puisque certains prétendent tenir un discours de vérité, parlons en !    

Car en affectant aujourd’hui un discours de vérité, M. Samaras a sous estimé et outragé l’intelligence  commune.    

Et il est enfin arrivé le moment pour dire au peuple grec la vérité sur ce qui s’ est exactement  passé. Qui sont ceux qui, consciemment ou par négligence ont jeté la Grèce sur les rochers et osent  fulminer des imprécations après avoir conduit le peuple dans une tragédie sans précédent?  

Il est temps en effet qu’on apprenne la vérité: pourquoi M. Papandréou, alors qu’en 2009 blâmait publiquement le FMI, concluait en secret un accord avec les responsables du FMI, et ceci – comme il a été révélé plus tard – avant même les élections?    

Il est temps de savoir aussi une autre vérité: pourquoi M. Papakonstantinou au moment où il devait emprunter sur les marchés parlait du «Titanic» en refusant les prêts des marchés?    

Pourquoi en vérité l’ELSTAT (Institut national de la statistique) a «gonflé» artificiellement le déficit public en amenant le pays au milieu de la tourmente ?    

Il est temps de savoir pourquoi en vérité, en une nuit, la fameuse nuit de Cannes M. Samaras, s’est transformé brutalement en passant du camp des fervents anti-mémorandaires à celui des adorateurs enflammés ?

Quels engagements les lient-il à Mme Merkel,à M. Barroso et à M. Juncker?    

Il est temps de savoir en vérité comment M. Venizelos (leader du PS n.d..l.r) s’est rendu à Cannes comme vice Président    

de M.Papandreou pour rentrer comme vice Président de M. Samaras?    

Il est également temps d’apprendre pourquoi en vérité en 2012, le ministre des Finances d’alors, M. Stournaras alors qu’il avait le soutien de Mme Lagarde pour discuter de la réduction de la dette   grecque au sein de l’Eurogroupe est allé se confier à M. Schäuble, pour recevoir la désobligeante  réponse: « forget it Giannis »?    

Il est temps d’apprendre, pourquoi en vérité depuis deux ans et demi, le gouvernement  Samaras s’acharne sur la classe moyenne en la surimposant tout en rangeant dans les tiroirs les listes  des évadés fiscaux, la liste Lagarde, et en épargnant les grands fraudeurs?    

Ces vérités intéressent le peuple grec qui a été pillé, qui a perdu sa fierté et sa dignité – pendant qu’une caste corrompue, vieillie, composée des représentants des intérêts privés qui s’enchevêtrent,  s’accrochaient aux postes du pouvoir.    

Ce sont ces vérités qui sont réclamées par notre peuple et non pas la vérité contrefaite de faux chantages, de l’alarmisme insensé et du terrorisme moral.    

Il a droit à ces vérités et il les connaîtra.    

Camarades,  

Devant nous se profile maintenant la bataille la plus cruciale.

La bataille des élections.    

Une bataille dont le résultat implique des suites pour toute une série de questions. Et peut-être pour tout.    

Il ne s’agit pas d’une simple confrontation avec le régime de l’absolutisme mémorandaire.    

C’est une bataille avec l’establishment de la corruption.    

Contre le cancer de la collusion des grands intérêts privés.    

Contre les doctrines et les pratiques qui nous ont conduits à la situation actuelle.    

C’est une bataille qui vise à mettre fin à un système désuet.    

Et c’est par-dessus toute une bataille pour permettre le renouveau.    

Je vous assure: Cette bataille SYRIZA veut et peut la remporter.    

Et nous allons réussir. Je le crois très fermement comme le croit aussi la grande majorité de notre    

peuple.    

Nous sommes confiants, nous avons foi dans nos idées et notre programme, et nous faisons  confiance dans le jugement du peuple.    

Nous avons l’expérience de confrontations difficiles. Nous avons des racines. Nous sommes un parti dynamique, jeune, combatif. Nous avons une éthique démocratique.   

Nous mesurons nos actes à l’aune de l’intérêt des travailleurs et de la société.    

Et nous avons aussi et surtout l’atout de la justesse de nos revendications.    

Nous pouvons donc être optimistes.    

Mais cela ne signifie pas que notre bataille électorale se déroulera sur du velours.    

Nous savons que ce ne sera pas un combat facile.    

L’histoire nous enseigne que partout et toujours le monde ancien guerroie ardemment pour maintenir ses privilèges.    

Et la situation actuelle ne nous permet pas de sous estimer la détermination de nos adversaires et leurs moyens redoutables. Nous les avons vus et nous les verrons encore.    

Ainsi, le mensonge.    

Toujours le mensonge    

Et encore le mensonge.    

Des mensonges sur leurs intentions de faire si le peuple le leur permet.    

Des mensonges monstrueux sur SYRIZA, sur ses projets et sa politique.    

Des mensonges effarants sur ce qui attend les grecs s’ils ne votent pas à nouveau pour le duo    

Samaras- Venizelos.    

Est-ce que je suis injuste avec eux?      

Je vous demande de vous rappeler quelques-uns des dix-huit engagements de M. Samaras lors des  élections de 2012.      

Il s’est engagé à:    

Restaurer les petites pensions et les allocations de familles nombreuses au niveau de ceux de  l’année 2009.    

Restaurer aussi les salaires et les pertes subies par les personnes physiques et les fonds d’assurance publique par la réduction de la dette grecque.    

Allonger la durée de l’allocation chômage d’un an ou deux ans avec les programmes de requalification et l’utilisation des fonds européens non dépensés.    

Accorder une allocation de chômage spéciale même aux non-salariés, aux auto-entrepreneurs ou les commerçants qui ont fermé leurs magasins.  

Accorder un règlement échelonné pour le paiement des charges fiscales, afin que celles ci ne dépassent pas 25% du revenu médian des ménages.    

Protéger les salaires du secteur privé en préconisant un gel des salaires pendant les négociations et jusqu’à l’arrivée à un accord entre les employeurs et les employés: «Nous sommes en désaccord  avec l’idée que la croissance présuppose la baisse des salaires» avait il souligné en parlant même de la « prorogation » de validité des clauses des conventions collectives six mois après leur extinction.    

Augmenter progressivement le seuil d’exonération fiscale de 5.000 euro à 10. 000 en 2014.    

Remplacer la taxe immobilière à taux fixe par une nouvelle loi fiscale plus juste.   

Réduire les taux d’imposition.    

Aucun nouveau licenciement au secteur public.   

Et le plus beau?   

Assurer des liquidités à l’économie réelle et en particulier aux PME. «Cette liquidité proviendra de l’outil spécial de liquidité, créé par la Banque européenne   d’investissement …» et ainsi de suite.    

Ainsi parlait le fourbe M. Samaras entre Mai et Juin 2012.    

Est-il est nécessaire d’ajouter qu’il a fait exactement le contraire?   

Est-il est nécessaire de faire des commentaires sur ce fleuve de mensonges?    

Sur ce flot de promesses non tenues?

Sur cette élévation du mensonge au rang du programme politique central?    

Et maintenant, l’histoire se répète.    

Mais elle se répète comme une farce.    

Maintenant ils parlent de la sortie des mémorandums.    

Alors qu’ils ont déjà préparé le nouveau mémorandum, dont les mesures sont décrites avec  éloquence dans le fameux e-mail adressé par M. Hardouvelis à la Troïka.  

Ils parlent de la croissance qui arrive bientôt.

Bien qu’ils aient déjà préparé l’ augmentation de la TVA pour la restauration, les médicaments et les régions insulaires.    

Ils parlent de stabilité, tout en préparant la suppression du régime de protection de travail dans le secteur privé.    

Ils parlent de normalité bien qu’ils aient déjà planifié la libération de licenciements.

 Et pendant qu’ils se préparent à donner le coup final à l’économie et à la société, ils lancent des mensonges contre SYRIZA.    

Et ils agitent à nouveau le chiffon rouge de l’arrêt du financement de l’économie grecque et des sanctions que nous imposerons Mme Merkel et les marchés.  

ls ont même ressorti de sa tombe le «Grexit» mort et enterré depuis longtemps déjà 

Je voudrais d’ailleurs ouvrir une parenthèse sur ce point: Ils ont raison d’avoir peur de SYRIZA, eux-mêmes, et aussi les intérêts privés qui se trouvent derrière eux.    

Le mensonge donc est leur unique échappatoire et leur seule arme pour nous faire du mal.   

Mais ce qui est impardonnable, ignoble, inacceptable, immoral, c’est qu’ils sacrifient le pays et son économie pour sauver leurs chaises, qu’ils veulent présenter la démocratie comme un danger, les  élections comme une anomalie, la volonté populaire comme l’ instabilité,  qu’ils veulent ainsi saper l’image internationale du pays, qu’ils veulent essayer de paniquer les épargnants, qu’ils mettent en danger l’économie pour imposer leur diktat à la société.   

Ce comportement a un nom, mais je préfère l’éviter.

Je dirai seulement trois choses:   

Tout d’abord, 2014 n’est pas 2012.   

Les banques systémiques ont passé les crash-tests.    

La consolidation bancaire a progressé. Et les quatre banques systémiques font partie du système bancaire européen.   

L’équilibre du système bancaire est donc une question qui concerne tout le monde.   

Et on parle actuellement d’une éventuelle augmentation des actifs de la BCE – d’environ un trillion d’euro – afin d’assurer la possibilité d’achat indirect des titres étatiques par le biais des banques, et   ceci au plus tard en Mars 2015.

Aujourd’hui et contrairement au 2012, des pays comme la France et l’Italie ont décidé unilatéralement de ne pas se soumettre aux règles d’austérité et de discipline budgétaire, en créant   par ailleurs un précédent.    

En outre, aujourd’hui les politiques de rigueur démontrent qu’elles ne sont pas à l’abri de tout danger. L’économie allemande a déjà montré ses faiblesses.   

Le terrain politique est donc plus favorable aux discussions et à la négociation.   

Et les déclarations actuelles des responsables européens attestent que nos partenaires sont prêts à coopérer avec le nouveau gouvernement grec.

D’autre part, le gouvernement de SYRIZA et de ses alliés garantira clairement et formellement les dépôts des citoyens dans les banques grecques en coopération avec la Banque centrale   européenne et les partenaires européens.    

Et on met un point final à la chronique scandaleuse de la terreur. 

Camarades    

Je ne doute pas que nous soyons capables de faire face à toutes ces difficultés et tous ces obstacles.  

De réussir avec la volonté et le vote du peuple grec.  

Mais permettez-moi d’ajouter une remarque essentielle et fondamentale concernant nos objectifs et qui condense les valeurs et l’esprit de nos luttes tout au long de notre histoire.   

Pour nous, pour la gauche, l’objectif n’est pas le pouvoir.   

C’est la renaissance démocratique de la société, du pays.   

Notre objectif n’est pas d’obtenir les chaises du pouvoir.   

C’est la réforme de l’État au profit du citoyen.  

Notre objectif n’est pas d’obtenir des postes.   

C’est la justice sociale.    

Le pouvoir gouvernemental que nous revendiquons et nous gagnerons est le moyen d’un grand  changement progressif.  

Un changement nécessaire pour le pays et exigé par la société.    

Un changement qui touchera plusieurs domaines, qui exige et impose un conflit avec des intérêts puissants.   

Un conflit avec l’establishment de la corruption et de la collusion des intérêts privés soutenus par l’état des mémorandums.  

Un conflit avec des politiques et des milieux qui considèrent que notre souveraineté nationale est  limitée ou négociable.   

Mais un conflit aussi avec des habitudes bien ancrées du système bipartite, dans la mentalité d’une  partie de la société, comme les faveurs spéciales politiques, les dessous-de-table, le népotisme, les  «parrainages».   

Nous ne venons pas, en bref, pour continuer les anciennes politiques et pratiques.      

Nous ne nous plaçons pas dans la continuité de ceux qui ont dirigé le pays au cours de dernières décennies.  

Nous sommes leur refus.  

Nous allons couper à la racine les liens entre le pouvoir politique et les entrepreneurs nationaux.   

La justice va être libérée de toutes sortes de servitude afin de juger avec responsabilité et droiture toutes les affaires liées aux réseaux opaques de l’argent et ceux qui se sont enrichis et s’enrichissent   ilégalement au détriment du peuple grec.  

Nous romprons les chaînes imposées à la classe ouvrière, par le nouveau régime juridique du travail, reflet d’une époque révolue.  

Nous suspendrons intégralement et systématiquement les prescriptions imposées par les mémorandums.  

Nous ouvrirons la voie à une démocratie qui ne s’arrête pas avec le droit de vote, mais qui s’étend dans tous les domaines et les secteurs de la société.   

Dès le premier jour du nouveau gouvernement nous mettrons en application le programme de  Thessalonique pour mettre une fin à la crise humanitaire et donner une nouvelle pulsion à l’   économie et à la société.  

Et je le répète le programme de Thessalonique sera appliqué dès le premier jour et indépendamment du progrès des négociations sur la dette. 

Chers camarades    

La fin de la tragédie et le salut de la société demanderont des efforts énormes.   

Mais avant de livrer ce combat nous devons d’abord nous battre pour remporter la victoire des élections.   

Nos adversaires seront aussi impitoyables que quand ils gouvernaient pour empêcher la victoire du peuple le 25 Janvier.    

Non pas pour empêcher la victoire de SYRIZA, mais pour empêcher la création d’une majorité parlementaire de SYRIZA au prochain Parlement.    

Leur objectif est de réduire notre capacité d’agir efficacement et de mener librement des négociations délicates avec nos partenaires.  

Pour cela ils vont vite installer un climat de peur et d’intimidation.  

Et ils vont aussi investir leurs espoirs sur le rôle des petits partis récemment créés ou dans ceux qui seront créés afin d’irriguer les champs de la politique mémorandaire. 

Nous avons décrypté le rôle de ces nouveaux partis. 

Et nous apercevons sous leur nouveau masque les traits représentatifs les plus archaïques de notre  système politique: les liens avec les intérêts privés qui s’enchevêtrent en constituant un cas   pathologique parmi les autres facteurs de la crise.    

Et face à leurs offensives, certains voudraient penser que SYRIZA resterait une puissance isolée, sans alliés, sans audition, sans public.    

Mais nous les décevrons.  

Comme nous décevrons aussi ceux qui s’attendent de voir SYRIZA à reproduire le même type d’ ententes et des connivences que les forces d’hier.    

Nous décevrons ceux qui veulent voir SYRIZA faire des échanges, d’agir vénalement, partager des postes.   

Nous sommes ici pour partager la responsabilité. 

Non pas pour partager des postes. 

Ceux qui réalisent leur responsabilité face à l’histoire, ceux qui approuvent notre programme annoncé à Thessalonique et notre engagement de mener des négociations réelles et difficiles avec   nos partenaires pour la viabilité de la dette grecque, ils sont les bienvenus.  

Bienvenus pour partager la responsabilité.   

Bienvenus pour contribuer avec leurs forces et solliciter la confiance du peuple avec nos bulletins de vote. 

Mais non pas pour obtenir des sièges facilement éligibles comme ceux qui sont offerts par M.Samaras ou M. Theodorakis[dirigeant du nouveau parti Potami]  

Parce que ni nous ni nos alliés ne ressemblons aux autres.  

Ils sont donc bienvenus, ceux qui veulent contribuer de façon désintéressée, en respectant la voalonté du peuple, participant à la constitution d’un large front de renversement, à la constitution   d’un large front de victoire qui créera une nouvelle majorité politique et sociale.  

Pour une nouvelle coalition gouvernementale pour le salut social, le redressement économique et la  dignité de notre peuple.  

Et un dernier mot: 

Ces élections doit être faites dans un climat de stabilité et de normalité.Nous croyons que personne ne cherche le contraire. Par conséquent nous adressons à M. Samaras et nous demandons clairement la prise des mesures nécessaires pour le bon déroulement des élections.

  De faire placer des ministres de,transition dans les ministères de l’Intérieur, de la Justice, de la presse et la protection de citoyen.Pour s’assurer que le pays ira aux élections sans de manipulations non démocratiques et sans provoquer d’incidents.      

Et nous avertissons:  

Que personne ne pense pouvoir quitter son poste en remportant le moindre document public.   

Que personne ne touche des dossiers des tiroirs des ministères. Et surtout les courriers échangés avec la troïka.  

Parce que notre régime démocratique exige le respect du principe de la transparence indépendamment des souhaits personnels des gouvernants 

Camarades   

La constitution d’un gouvernement de salut ayant comme tronc SYRIZA sera le couronnement de   notre prochaine bataille.    

Avec notre coeur, mais aussi avec notre esprit, mes chers camarades, nous allons remporter cette bataille.    

A bientôt

 

Traduction: Vassiliki Papadaki et Athina Vlachaki - Syriza Paris

 

 

Partager cet article

Repost 0