Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Pour une vraie gauche à Lannion

COMMUNIQUE DE PRESE DU COMITE NPA NATHALIE LE MEL
LANNION GUINGAMP BEGARD PAIMPOL
 
Marche du samedi 17 octobre sur l'Elysée des sans papiers à quel jeu joue le Pouvoir?
 
Parties depuis plusieurs semaines de Marseille, Stasbourg, Lille, Rennes quatre marches des sans papiers convergent vers Paris.Depuis des mois, ils  demandent à être reçu par le président de la République? Celui ci affiche un mépris total pour leur cause niant la situation catastrophique des sans papiers pendant la pandémie en cours.
Vous trouverez ci joint les dernières infos du collectif national.
Des papiers pour toutes et tous !
De l'air ouvrons les frontières !
 
Comité du  NPA Nathalie Le Mél
 

Communiqué de la Coordination nationale de la Marche nationale des Sans-Papiers

 

Journée du 17 octobre : enjeu politique et jeu dangereux des autorités

 

Alors que les quatre marches de sans-papiers parties des quatre coins du pays arrivent aux portes de Paris, le gouvernement et la préfecture de police de Paris jouent un jeu dangereux.

 

Invités mardi à une réunion à la préfecture de police de Paris les signataires de la manifestation déposée pour l’arrivée de la marche ont reçu un accueil brutal : l’annonce de l’interdiction pure et simple de la dernière partie du parcours allant à la place de la Concorde et un refus de négocier.

Le lendemain la préfecture a fait volte-face et nous a recontacté pour proposer un parcours en direction… du ministère de l’intérieur.

 

Nous soulignons que, par cette proposition, les autorités se mettent en totale contradiction avec tous les arguments utilisés pour justifier l’interdiction annoncée la veille, y compris celui mettant en avant l’impossibilité de manifester vers « un lieu de pouvoir ».

 

Littéralement harcelés téléphoniquement par la préfecture de police pour une réponse immédiate contredisant nos règles de fonctionnement collectif et démocratique, nous avons répondu que nous prenions note de cette proposition et que nous considérions qu’elle signifiait la réouverture des négociations.

Nous avons cependant rappelé que notre objectif était d’aller vers la présidence de la République comme nous l’avons annoncé publiquement depuis le mois de juillet et comme nous en avons informé le ministère de l’intérieur et la présidence de la République depuis des semaines. Nous sommes ouvertEs à toute discussion sur un trajet permettant de respecter cet objectif.

Notre objectif n’est pas d’aller au ministère de l’intérieur parce que la question des sans-papiers et migrantEs n’est pas une question de sécurité ou de police mais une question politique d’égalité des droits.

Nous attendons donc qu’une négociation se réouvre vraiment.

 

Il reste désormais un jour avant la manifestation de samedi. Un accord est possible.

 

Nous sommes alertéEs sur le fait que ce jeudi après-midi, la préfecture de police a commencé à multiplier les provocations. Alors que depuis des semaines aucun obstacle n’avait été mis aux différentes marches, la marche venue de l’ouest a été bloquée à deux reprises par la police malgré des dépôts en bonne et due forme et des parcours signés. A Montreuil la police a menacé d’intervenir contre un concert de soutien organisé. A St Denis la préfecture menace d’interdire les parcours prévus par les collectifs de soutien pour accueillir les marcheurs et marcheuses du Nord.

 

Nous disons qu’il s’agit là d’un jeu dangereux. Nous demandons donc solennellement à la présidence de la République et au premier ministre de donner des consignes pour faire cesser ces provocations, pour ouvrir de manière urgente les négociations et garantir que la manifestation du 17 octobre se tienne dans de bonnes conditions et dans le respect des revendications portées par le mouvement des sans-papiers et les 280 organisations qui les soutiennent.

 

Nous rappelons par ailleurs que le président de la République, qui a reçu aujourd’hui même des représentants des policiers, n’a toujours pas répondu à la lettre de la Marche nationale des Sans-Papiers et à la demande de réception d’une délégation des marcheurs et marcheuses.

 

 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article