Bourdieu, Finkelkraut et "Libé

Publié le par Pour une vraie gauche à Lannion

Trouvé dans Libé

 

J'adore cette analyse de Bourdieu

 

 

La date de 2002 correspond à l’année de publication du recueil Interventions, 1961-2001, qui compile les interventions de Pierre Bourdieu dans l’espace public. La citation à laquelle vous faites référence, dans laquelle le sociologue qualifie les intellectuels «comme Alain Finkielkraut» de «sous-philosophes», de «pauvres Blancs de la culture» et de «demi-savants» est tirée d’une interview publiée le 14 novembre 1991 dans le magazine suisse l’Hebdo.

 

L’entretien est disponible en accès libre sur Scriptorium, le site de la Bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne. Dans cette interview, qui portait d’abord sur l’européanisme des intellectuels français, Pierre Bourdieu, connu pour ses positions franches sur les intellectuels médiatiques français, déplore que «les sciences sociales n’ont guère accès au pouvoir médiatique» et se demande «comment faire entrer dans le débat public cette communauté de savants qui a des choses à dire sur la question arabe, sur les banlieues, le foulard islamique…»

Lorsque le journaliste Michel Audétat lui rétorque que des intellectuels français s’expriment sur ce sujet, Bourdieu s’en prend nommément à Alain Finkielkraut, qu’il considère comme représentatifs des intellectuels qu’il surnomme «les pauvres Blancs de la culture» et qu’il qualifie ainsi: «Ce sont des demi-savants pas très cultivés qui se font les défenseurs d’une culture qu’ils n’ont pas, pour marquer la différence d’avec ceux qui l’ont encore moins qu’eux. Ces gens-là s’approprient l’espace public et en chassent ceux qui ont des choses à dire. Avant de parler du «mal des banlieues», avant de proférer toutes ces conneries qu’on entend chez les intellectuels français, il faut d’abord y aller! Ceux qui portent ainsi des verdicts font du mal parce qu’ils disent des choses irresponsables. Et, en même temps, ils découragent l’intervention des gens qui sont sur le terrain, qui travaillent et qui ont des choses à dire. Actuellement, un des plus grands obstacles à la connaissance du monde social, ce sont eux. Ils participent à la construction de fantasmes sociaux qui font écran entre une société et sa propre vérité.».

Bourdieu, Finkelkraut et "Libé
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article