Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Pour une vraie gauche à Lannion

http://www.alger-republicain.com/

Face aux manifestations populaires contre un 5e mandat de Bouteflika, le pouvoir manigance un nouveau plan

Au mépris des immenses marches populaires de protestations contre le 5e mandat de Bouteflika, marches qui ont rassemblé vendredi 1er mars des centaines de milliers de citoyens dans la capitale et dans des dizaines d’autres villes, le pouvoir vient d’annoncer que le chef de l’Etat impotent et muet a décidé de se représenter à l’élection présidentielle du 18 avril.

JPEG - 88.3 ko
Maniestations populaires d’Algérie - mars 2019

Ceux qui parlent en son nom et avec son assentiment demandent de le réélire pour lui permettre d’organiser une transition pacifique dans l’année qui suivra. Une conférence nationale confectionnera une nouvelle Constitution qui sera soumise à référendum.

En réalité c’est une ruse grossière pour gagner du temps afin de conclure un nouvel arrangement avec les différentes fractions de la bourgeoisie. Se réconcilier avec celles qui se brouillées avec lui dans le partage du gâteau et mettre en place un nouveau système qui lancera dans l’union des privilégiés anciens et nouveaux en alliance avec l’impérialisme et ses multinationales, l’offensive sociale contre les travailleurs, la paysannerie pauvre, la jeunesse populaire, tel est l’objectif de ce plan de diversion et de division.

RN
05.03.19

https://fr.wikipedia.org/wiki/Alger_r%C3%A9publicain

petit résumé pour les jeunes et les macroniens et les socialistes (c.a.d les ignorants).

Alger républicain est un quotidien algérien fondé en 1938 par Jean-Pierre Faure et Paul Schmitt.

Histoire

Période de 1938 à 1962

Il est surnommé le « petit mendiant » par la presse colonialiste, du fait de ses difficultés financières et des nombreuses saisies. Journal indépendant, fondé dans la foulée de son prédécesseur Oran Républicain (créé en 1935 par Edmond Auzas, radical socialiste, qui en fut le premier Président, et Pierre Tabarot, du Parti communiste algérien1), il fait partie d'une campagne, lancée par des républicains, de création d'une presse quotidienne indépendante des puissances financières, dans un environnement politique où les idées du Front populaire sont en train de percer, en Algérie comme en Métropole. La ligne éditoriale est ainsi ouvertement de tendance progressiste de gauche, proche des milieux socialistes relayant les revendications du Front populaire2. Son premier Conseil d'administration regroupe des personnalités d'horizons divers parmi lesquelles trois « indigènes » : le commerçant Abbas Turqui, les instituteurs socialistes Kaddour Makaci et Mohand Lechani, ce dernier étant également journaliste et directeur de La Voix des Humbles.

Le titre est interdit d'octobre 1939 au 24 février 1943, peu après le débarquement allié de novembre 1942 puis réapparaît en changeant de ligne éditoriale dorénavant communiste. Il est de nouveau interdit à partir de septembre 1955 pour reparaître après l'indépendance le 17 juillet 1962. Durant la guerre d'Algérie, nombre de ses collaborateurs sont tués pour l'indépendance algérienne : Henri Maillot, Georges Rafini, Mohamed Belkacem, Abderahmane Benzine, Amar Khalouf, Abdelkader Benamara, Mourad Ait Saada, Abdelkader Choukhal. Son rédacteur en chef est Henri Alleg jusqu'en 1965. Pour élargir l'audience d'Alger républicain, la direction développe, à partir des années 1950, un important réseau de correspondants locaux. Ces derniers sont des militants qui ne vont cesser de mener des enquêtes de terrain et ainsi dénoncer le système colonial. La ville de Bougie (aujourd'hui Bejaïa) offre un exemple de cette activité. Autour de militants communistes tels que Lalla Adjaout ou Gaston Revel, des articles traitant de questions comme le chômage, les bidonvilles, la scolarisation ou le truquage des élections vont paraître quotidiennement3.

Période depuis 1962 à nos jours

À l'indépendance, il est le premier journal d'Algérie en termes de tirage (75 000), devant l'organe du FLN (« Le Peuple »).

En 1964, Alger Républicain accepte de devenir l'organe du FLN. Le 20 avril 1964, le journal titre « Alger-Républicain va devenir organe du F.L.N » et explique sa position dans un éditorial intitulé « Un honneur, une responsabilité »4.

A la suite du coup d'État du 19 juin 1965, il est fusionné le 5 juillet 1965 avec Le Peuple pour créer El Moudjahid.

Il reparaît comme quotidien à la suite des émeutes d'octobre 1988, mais soumis à des difficultés économiques considérables et à une obstruction de sa diffusion par le pouvoir et les islamistes, il disparaît régulièrement à partir d'avril 1994 pour revenir de temps à autre sous forme hebdomadaire, bimensuelle, mensuelle ou bimestrielle au gré des efforts militants et des obstacles dressés sur sa route.

Parallèlement, Alger républicain évolue sur son site web très actif alger-republicain.com.

Journalistes d'Alger Républicain, passés ou présents

  • Nacym Djender

Anciens collaborateurs célèbres

Références

  • Abdelhamid Benzine, Boualem Khalfa, Henri Alleg, La Grande Aventure d'Alger républicain, 1987, Messidor-Temps Actuels
  • Joel Merrien, Alger Républicain et la politique de Front national de 1950 à 1954, Mémoire de DES : Histoire : Nanterre : Université Paris X : 1974
  • Guillaume Laisne, Engagements d'un quotidien en société coloniale, le cas d'Alger Républicain (1938-1955), Mémoire de master de recherche 2e année : Histoire : IEP Paris : 20075.
  • O Todd, Camus, une vie, 1996, Gallimard

Notes et références

  1. Emmanuel Roblès et l'hispanité en Oranie, dir. Guy Dugas, Éd. L'Harmattan, 2012.
  2. Engagement d'un quotidien en société coloniale [archive], Master de recherche IEP Paris
  3. Alexis Sempé, Un instituteur communiste en Algérie, Cahors, La Louve éditions, 2013, pp. 297-318.
  4. La presse écrite algérienne en Île-de-France: lectures et identité [archive], Ahmed Hanifi, mémoire de DÉA, université Paris VIII, 1996.
  5. Exemplaire en ligne [archive]

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article