Bug de la gare Montparnasse, position des cheminots CGT.

Publié le par Pour une vraie gauche à Lannion

Les week-ends se suivent et ont une fâcheuse tendance à se ressembler. Le dimanche 03 décembre 2018, 75% du trafic à la gare de Montparnasse était figé, lors d’une mise en service qui devait ponctuer un projet de près de 3 ans consistant à augmenter la capacité en gare.
Après le « burn out » ferroviaire du mois de juillet, un nouveau séisme a touché la troisième gare de France, clouant les usagers en gare et en pleine voie. Si la communication a été rapide devant les médias, force est de constater que les enseignements tirés lors du premier incident n’étaient pas en adéquation avec l’importance du dysfonctionnement.
Pendant que la SNCF modernise et rénove, elle met en oeuvre en parallèle une casse organisée des métiers, des savoir-faire, des techniques, des compétences. Elle compte faire perdre tous repères aux cheminots, sans se soucier des dégâts qu’une telle politique engendre.
La direction est directement responsable de ces dysfonctionnements récurrents.


Elle pratique la politique du risque calculé.

La direction doit stopper cette politique dangereuse pour les usagers et pour les cheminots. La casse méthodique mise en place, par touches successives, dans tous les services, n’est pas sans danger. Ce qui est arrivé ce week-end en est la preuve. Si cet incident n’a pas créé de situation compromettant la sécurité des circulations, elle démontre quand même que le risque est bien là.
Jamais l’entreprise n’a connu de tels dysfonctionnements à répétition.
C’est bien l’organisation de la production, la baisse des effectifs, les sous-investissements chroniques depuis des décennies qui sont à l’origine de la situation actuelle

Les cheminots, comme les usagers, ne peuvent continuer à subir de mauvais choix politiques qui mettent à mal le service public ferroviaire.
▪ Les cheminots de l’Equipement, outre leur formation, leur expérience, leurs engagements, doivent bénéficier d’une organisation du travail correspondant à la densité et à la technicité des travaux initiés.
▪ Les cheminots de l’Equipement doivent bénéficier de l’expérience collective qui fait que nos métiers ont un sens, celui de faire circuler les trains en toute sécurité, en respectant les horaires annoncés et pour le plus grand nombre.
▪ Les cheminots de l’Equipement demandent à pouvoir réaliser leurs missions de service public sans entrave et avec tous les moyens nécessaires.
D’ores et déjà, la Fédération CGT appelle les cheminots de tous services et de toutes fonctions à débattre des suites revendicatives à donner aux attaques contre le service public ferroviaire !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article