Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

http://www.regards.fr/qui-veut-la-peau-de-roger-martelli/article/vote-melenchon-le-populisme-ou-la-gauche

Le premier tour de l’élection présidentielle a été marqué par le résultat spectaculaire de Jean-Luc Mélenchon. L’analyse de ses zones de forces éclaire les racines et le sens de ce résultat.

 

Les polémiques qui accompagnent le second tour sont, à leur manière, le reflet d’une étonnante campagne électorale. Au second tour, on sort du clivage classique entre la gauche et la droite. Or le débat fondamental, depuis des mois, porte sur la manière de le faire vivre. À juste titre : les incertitudes de ce clivage sont au cœur de la crise politique.

Les tribulations du conflit droite-gauche

Ainsi, la droite parlementaire a cherché à se sortir de l’étau du FN, qui la déstabilise depuis longtemps. Le pari des deux Le Pen, Jean-Marie puis Marine, a été d’imposer la symbolique d’une droite extrême qui, dans le même temps, radicalise la droite et met en cause ses fondements et ses structures d’organisation. En 2007, Nicolas Sarkozy avait trouvé la martingale gagnante, autour de ce que, à Regards, nous appelions un "libéral-populisme". La formule n’a pas résisté à l’usure fulgurante des deux quinquennats. La droite parut en tirer la leçon : en prévision de cette présidentielle, elle a commencé par enfourcher la posture d’une inflexion vers le centre. Contre le socialisme gouvernemental discrédité et face à la machine "bleu-marine", Alain Juppé apparaissait comme le héraut de son camp, capable d’agréger autour de la droite les forces du centre-droit et même d’une partie de la gauche. Or la primaire des droites a brisé cette construction. En choisissant François Fillon, les votants ont affirmé leur préférence pour une droite bien à droite, ancrée sur ses valeurs conservatrices les plus traditionnelles.

À gauche, la même tentation s’est exprimée. Depuis toujours, le pivot du recentrage à gauche est dans l’exercice du pouvoir. C’est au nom des présumées contraintes gestionnaires que François Mitterrand engagea, dès 1982, le processus qui a conduit le socialisme gouvernemental vers les choix du couple Hollande-Valls. Mais le discrédit de l’exécutif a pénalisé l’équipe sortante : la primaire socialiste l’a enregistré. En écartant le représentant direct de l’exécutif – Manuel Valls –, elle a placé le vainqueur de la consultation – Benoît Hamon – dans un redoutable entre-deux. La logique du recentrage assumé s’est portée au-delà du centre-gauche traditionnel et elle s’est fixée sur un homme, Emmanuel Macron, qui se réclame du "et de droite, et de gauche". Quant à l’option de gauche, elle s’est attachée à celui qui incarne depuis longtemps le refus de l’option "sociale-libérale", en l’occurrence Jean-Luc Mélenchon. Dans les deux cas, la sortie du marasme interne au PS s’est trouvée en dehors de lui, pour la première fois depuis longtemps.

Au bout du chemin, la redynamisation de la droite classique a échoué et la solution la plus à gauche a manqué d’un cheveu la qualification du second tour. Le match annoncé entre une droite et une gauche recentrées laisse la place au face-à-face du réalisme et du ressentiment. La présidentielle sanctionne-t-elle la fin du clivage historique ? L’analyse du vote Mélenchon dit, en même temps, que la gauche n’est pas morte, mais qu’elle ne peut pas s’en tenir à ses formes existantes.

L’ancrage d’un vote

Pour comprendre les ressorts du vote Mélenchon, seront scrutés ici les circonscriptions législatives et le vote communal. La répartition des circonscriptions législatives est la suivante (le fichier Excel à télécharger en cliquant ici en donne le détail) :
François Fillon est en tête dans 48 circonscriptions, pour la quasi-totalité dotées d’un député affilié aux Républicains.
Marine Le Pen est en tête dans 204 circonscriptions, dont 6 ont à leur tête un député du Front de gauche et 85 un député apparenté au groupe socialiste.
Emmanuel Macron est en tête dans 223 circonscriptions, dont 2 ont élu un député du Front de gauche en 2012, 70 un député des Républicains ou du centre et 135 un député socialiste.
Jean-Luc Mélenchon, est en tête dans 58 circonscriptions, dont 2 du Front de gauche et 49 ayant à leur tête un député socialiste ou apparenté.

Cliquez sur les graphiques pour les agrandir

 
 

On notera que les dix circonscriptions métropolitaines qui ont un député Front de gauche sont celles où le vote en faveur de Mélenchon est le plus fort et le vote Macron le plus faible. Le vote Le Pen y est aussi supérieur à la moyenne nationale.

Le vote communal donne des indications complémentaires intéressantes. Le tableau ci-dessous présente les résultats des 3.447 communes de la France métropolitaine qui ont placé Jean-Luc Mélenchon en tête. On y distingue les communes qui ont à leur tête un maire communiste ou "apparenté" : elles sont 281 à avoir placé Mélenchon en tête (entre 2008 et aujourd’hui, elles sont au total près de 750 en France métropolitaine).

 

Dans l’ensemble des villes où il est en tête, Mélenchon obtient 29,7% des suffrages exprimés. Dans ce groupe, un quart de ses voix se trouve dans les villes PCF, où son pourcentage atteint les 34,9% de suffrages exprimés.

L’effet de taille accentue le phénomène. On a vu précédemment que la densité du vote Mélenchon est plus forte dans la France urbaine et les aires métropolitaines. Au total, on compte 614 communes dont le nombre d’inscrits est supérieur à 10.000. Mélenchon est en tête dans 124 d’entre elles et y obtient 31,5%. Sur ces 124 communes, les villes PCF ou apparentées sont au nombre de 38 et donnent à Mélenchon un pourcentage de 36,2%. À quoi s’ajoute une quarantaine de communes, notamment en région parisienne, qui ont été dans la mouvance communiste de 1977 à 2008. Dans l’ensemble, l’espace du "communisme municipal", ancien ou persistant, s’est reconnu dans un vote qui amplifiait pour lui l’expérience antérieure du Font de gauche.

Les trois lignes de force du vote Mélenchon

Le score de Jean-Luc Mélenchon est le plus élevé obtenu par une gauche bien à gauche depuis les années 1970. Jusqu’à ce jour, cette fraction de la gauche était pénalisée par un recul continu du PCF, qu’aucune dynamique alternative n’avait pu compenser. Le scrutin de 2012 avait été un premier signe de renouveau : le candidat du Front de gauche avait réussi à agréger des forces jusqu’alors dispersées. Mais le niveau global de la gauche de gauche restait dans les basses eaux des années précédentes. Cette fois, un seuil a été franchi : pour la première fois depuis 1969, le vote utile à gauche s’est porté sur une personnalité incarnant un esprit de rupture.

La campagne menée tambour battant du candidat de la France insoumise a redonné à la gauche la plus critique un profil qui la rapproche de ses traits historiques fondamentaux. La représentation des catégories populaires n’est plus l’apanage du FN. Désormais, un quart au moins des catégories intermédiaires, des ouvriers et des employés se retrouvent dans un vote à gauche affirmé. Ajoutons qu’il s’agit d’un espace populaire de notre temps, jeune, inséré dans le cadre urbain et métropolitain et relativement éduqué (les deux tiers des électeurs Mélenchon ont un niveau égal ou supérieur à celui du baccalauréat).

Si l’on combine les données de sondages et les analyses territorialisées, on peut dire que le socle du vote Mélenchon comprend aujourd’hui trois grands ensembles. Il a redynamisé un espace électoral communiste en voie d’affaissement continu, ce que montre les remarquables résultats en région parisienne et dans les couronnes urbaines. Il continue de s’inscrire, comme le fit autrefois le vote communiste, dans les espaces de la tradition révolutionnaire et républicaine, celle des sociétés populaires jacobines, de la "démocratie socialiste" de 1849, puis du premier radicalisme. Cet espace a été celui du socialisme français du XXe siècle, dans le centre, l’Ouest et le Sud-Ouest. Le vote Mélenchon s’installe enfin, depuis, 2012, dans un espace urbain dense et métropolisé qui avait peu à peu échappé à l’emprise communiste. C’est dans ce dernier espace qu’il se montre le plus dynamique, davantage que toutes les autres forces, à commencer par le FN.

La force du PCF, au XXe siècle, fut d’avoir su s’implanter à la fois dans l’espace populaire de la modernité industrielle et dans la vieille tradition plébéienne née avec la Révolution française. La campagne présidentielle a réactivé cette tradition en l’articulant aux attentes d’aujourd’hui, en particulier dans la jeunesse et dans les grandes métropoles.

Enraciner une dynamique

Il reste à consolider ce nouvel état de fait, dans un contexte de trouble profond de l’opinion et de prévisible recomposition de la totalité de l’espace politique. En 2012, l’essai de la présidentielle n’avait pas été confirmé aux législatives. Pour l’essentiel, les candidats aux législatives du Front de gauche étaient communistes ou proches du Parti communiste. Les résultats en découlèrent logiquement. Dans les zones où le PCF était en voie de marginalisation, le bon résultat de Mélenchon a relevé le niveau général, mais il n’a pas interrompu l’érosion : le nombre de députés a poursuivi son recul.

Théoriquement, la situation n’est plus la même. La gauche dans son ensemble est certes fragilisée par cinq années de gestion socialiste et la droite, toutes tendances confondues, n’est arithmétiquement minoritaire que dans 289 circonscriptions métropolitaines. Mais la défaite de Fillon et l’effet du vote FN, premier et second tour, promettent un nombre exceptionnel de triangulaires et laissent ainsi présager bien des incertitudes.

Il est donc possible de confirmer territorialement l’élan présidentiel lors des élections législatives. Le vote Mélenchon a largement débordé celui du Front de gauche. Un bon quart de l’électorat qui se dit proche du PS et une proportion analogue des électeurs Hollande de 2012 se sont portés vers le "vote utile" le plus à gauche, tandis qu’une moitié préférait le vote plus "réaliste" en faveur de Macron. Mais, en sens inverse, entre un quart et un tiers des électeurs du Front de gauche d’hier ne se sont pas reconnus dans le leader de la France insoumise. La réussite de l’étape législative suppose donc de tenir compte de la multiplicité des ancrages du vote Mélenchon.

Tout d’abord, "l’utilité" d’un vote bien à gauche doit apparaître clairement du côté de ceux qui, dans la tradition critique française, ont du mal à se reconnaître dans des logiques de recentrage, hier de "troisième force", aujourd’hui de "social-libéralisme" ou de "démocratisme". En second lieu, l’ancrage communiste restera décisif, notamment dans les territoires de petite couronne urbaine. Enfin, la mobilisation de la jeunesse – pas acquise d’avance dans un scrutin législatif – implique que soit maintenu le potentiel de novation porté par France insoumise, dans un monde politique en crise et globalement discrédité.

C’est la conjonction de ces trois ancrages qui assurera le succès du scrutin législatif et la poursuite d’une implantation qui, seule, assurera à la gauche son dynamisme et permettra durablement de faire reculer le ressentiment qui nourrit et nourrira encore le Front national. Tout doit donc être fait pour que l’esprit de convergence, du côté des forces ayant soutenu la candidature de Mélenchon, l’emporte sur les divisions et les calculs particuliers.

Un avenir à gauche ?

Revenons-en au point de départ : le clivage de la droite et de la gauche n’irrigue pas le second tour. La gauche en est exclue : parce que la fraction qui la domine depuis 1981 l’a affaiblie et parce que sa variante la plus dynamique a échoué, à quelques encablures à peine du succès.

Si le danger du Front national n’est pas massivement perçu et si la tentation existe d’établir un trait d’égalité entre les deux candidats du second tour, la faute en incombe à ceux qui ont "fabriqué" l’épouvantail frontiste au milieu des années 1980 et qui ont découragé la gauche populaire. Qui sème le désespoir nourrit le ressentiment, ce ressentiment qui fait depuis toujours le lit des abandons démocratiques. Si la droite et la gauche au pouvoir font à peu près la même chose, comment s’étonner que l’on finisse par s’en prendre, non pas aux causes réelles des maux, mais à ceux-là seuls qui dirigent, quand ce n’est pas à de commodes boucs émissaires ?

C’est ainsi que, peu à peu, les digues s’érodent face aux pires régressions. Il fut un temps, au début des années trente, où une part de la gauche communiste finissait par ne plus faire la différence entre les "fascistes" et les "sociaux-fascistes". On sait qui, en Allemagne, en tira les marrons du feu. Peu importe les mots pour désigner le phénomène frontiste, "fasciste", "néofasciste" ou "postfasciste" : l’essentiel est dans la régression radicale qu’entraînerait l’installation durable des droites extrêmes sur notre continent et ailleurs. Entre deux dangers, il en est toujours un qui est pire que l’autre : une politique nourrie par le ressentiment, la xénophobie et le repli sur soi nationaliste est, toujours, la pire qui se puisse trouver. Quand aucun autre choix n’est possible, se porter sur toute autre option que celle du FN n’est en aucune manière accorder un soutien aux logiques d’un choix de circonstance.

Mais l’expérience historique, comme celle de la présidentielle, est là pour remettre les pendules à l’heure. L’expansion frontiste est à ce jour un mal absolu. Or deux méthodes ont montré leur incapacité à enrayer cette poussée. La droite a choisi le vieux conservatisme d’une France des notables, réfractaire tout autant au désordre qu’à l’égalité : elle a voulu chasser sur les terres du Front ; elle n’a fait que le conforter. Quant au socialisme, qui a cru pouvoir profiter du repoussoir frontiste, il s’est déchiré entre une social-démocratie à l’ancienne et le vertige libéral. Le vote Mélenchon est le seul dont le dynamisme a été suffisamment fort pour contenir la percée frontiste en zone urbaine, qu’elle soit "métropolitaine" ou plus "périphérique".

Il a pu le faire en retissant les liens perdus du peuple et de la gauche, pas en tournant le dos à la gauche. Le discours du 18 mars à la République, celui qui a marqué le point de départ d’une spectaculaire "remontada", était en ce sens un modèle du genre. Il reprenait, tout en le modernisant, le florilège complet des mots, des symboles et des figures de la gauche, de la Révolution à nos jours, de la Commune à Nuit debout. En le faisant, il est parvenu, tout à la fois, à agréger la gauche désespérée et à redonner le sens de l’espérance collective aux catégories populaires que la gauche officielle avait abandonnées.

Tout ce qui nourrit le ressentiment, tout ce qui contourne la remise en cause des bases fondamentales des maux sociaux, tout ce qui éloigne des projets collectifs sans lesquels les catégories populaires dispersées ne peuvent être un peuple rassemblé, tout cela éloigne d’un rassemblement populaire propulsif, capable de rompre avec le désordre de l’état des choses existant. Au contraire, tout ce qui, autour des valeurs fondatrices d’égalité, de citoyenneté et de solidarité, redonne vigueur à l’espérance dans la "Sociale" permet de refaire du peuple politique le pivot de l’avancée démocratique.

Une gauche qui contredit ses propres valeurs n’a plus de gauche que le nom et fait désespérer de la gauche. Mais sans le dynamisme d’une gauche qui a enfin repris ses couleurs, il est difficile de rassembler le peuple. Rassembler le peuple ou rassembler la gauche : opposer les deux termes ne sert à rien. Mieux vaut les penser et les conduire ensemble. C’est la seule manière d’écarter le cauchemar antidémocratique.

S’ancrer dans cette conviction n’a rien d’une répétition. Si le clivage de la droite et de la gauche reste pertinent, les formes historiques qui ont été les siennes au XXe siècle sont en état d’obsolescence. À la droite de définir les voies qui seront les siennes. À gauche, une triple certitude peut servir de point de départ : le face-à-face du socialisme et du communisme n’est plus l’axe ordonnateur de la gauche française ; l’union de la gauche dans sa forme ancienne n’est plus le modèle du rassemblement à gauche ; la forme historique, verticale et hiérarchique, du parti politique n’est plus l’archétype par excellence de l’organisation politique.

titre documents joints

Complément!

Roger Martelli répond à un ami sur la liste des communistes unitaires (ACU). Cette remarque est à prendre en compte pour les analyses dans notre région. La remontée d'un vote de gauche radical dans nos communes et dans l'ancien Trégor rouge ne doit rien au PCF, et encore moins au PCF22 qui n'a été ces dernières années que le porte bidon d'un PS 22 déjà "macronisé".

Cher Serge,
L'appellation "villes communistes" ne désigne rien d'autre que "ayant ou ayant eu dans une période récente un maire communiste ou apparenté". Elle n'implique aucune propriété et ne dit strictement rien de ce que le PCF y fait ou n'y fait pas.
Elle rappelle aussi que la société a une histoire, qui est toujours à la fois sociale et symbolique. Ce que l'on a appelé le "communisme municipal" est une de ces histoires, elle-même rattachée à une histoire plus vaste qui est celle du courant plébéien, démocratique et révolutionnaire.
Je ne fais donc que constater quelque chose : cet espace, qui fut et qui reste partiellement celui du communisme, s'est trouvé particulièrement remobilisé par le vote Mélenchon, davantage qu'il ne l'est par le vote PC stricto sensu.
Quant aux conclusions à en tirer, elles ne sont pas dans les seuls chiffres. L'espace communiste constitué au XXe siècle est un héritage, que nul ne peut négliger. Mais tu sais que ma conviction est solide : le Parti communiste français - et plus largement un parti communiste - ne peut plus aujourd’hui le faire vivre. Je crois donc pertinente la référence au communisme, mais elle ne peut désormais vivre que dans une force politique dépassant toutes les formes anciennes de la radicalité, ce qui inclut le parti communiste.
Amitié
Roger
 
 
 via Débat_Communistes_Unitaires <Debat_communistes_unitaires@googlegroups.com> a
Cher Roger, si je peux me permettre, je trouve ta grille d'analyse inappropriée. Tu uses d'une grille d'analyse avec les catégories "villes communistes", ou pire encore "ayant relevées du communisme municipal". Je crois ces catégories hors de notre temps. Les épisodes des Municipales à St Ouen et à Bobigny en ont été un exemple. Le peuple des cités ne se sent plus en affinité avec ces Pouvoirs municipaux. Il suffit d'une opportunité (souvent fictive) pour que le décrochage se fasse en masse. A St Denis, c'est de justesse et par un formidable retournement que la Mairie Pcf s'est sauvée : au contraire de mon arrivée dans cette ville ce son les quartiers périphériques qui plombent les résultats du Pcf.
 
Si les villes Pcf et ex Pcf présentent un résultat plus favorable à Mélenchon n'est ce pas tout simplement par leur représentation sociale, sans que le facteur Pcf n'y soit marquant (sauf à la marge).
 
Quelque chose a effectivement craqué dans les villes populaires : le réseau d'influence du PS, et accessoirement de l'UDI (dans le 93). Pour qui intervient dans ce qui est nommé "les cités", il était foudroyant et pénible d'assister à la capacité de ces formations de diffuser et faire partager leurs pensées slogans dans la jeunesse de ces lieux. De ces capacités sont venus les défaites du Pcf. A mon sens, ce sont ces réseaux qu'il faudrait analyser. Leurs fonctionnements et nos capacités d'y retrouver pied dans ce contexte redevenu favorable.
Dans la cité contiguë de mon habitation (et ville voisine), le PS avait évincé le vieux Pcf (la ville était Pcf 20 ans plus tot, Montmagny). Ici également, Le PS était parvenu à construire de forts réseaux. La campagne des présidentielles a permis d'occuper le vide laissé par l'effondrement du PS. JLM obtient 30% sur la ville, 35% dans les bureaux de cités. Ces résultats, je les ai vu venir : les "jeunes" (tout est relatif ! trentenaires) se sont enflammés progressivement, un peu tardivement après avoir été "Hamon". Coups de mains au collage (et même, sourire, "protection d'un panneau d'affichage"), discussions internes et clameurs de soutien lors d'un affichage... Je n'avais jamais connu cela. Un vrai bonheur ! De tout cela, je ne trouve pas trace de Pcf. Se souvenir que la ville avait été Pcf relève sans doute du regard d'historien, mais pas de celui de l'expérience.
 
Serge
Tag(s) : #Analyse Politique, #France Insoumise, #Mélenchon, #Lannion, #Communiste, #Martelli

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :