Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

https://www.marianne.net/debattons/editos/face-au-fn-jean-luc-melenchon-aussi-raison?utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook#link_time=1493745125

Face au FN, Jean-Luc Mélenchon (aussi) a raison

par Thomas Vampouille

Rédacteur en chef adjoint du site

La culpabilisation n'aura donc pas fonctionné. Les "fachos" qui fusent depuis huit jours, non plus. Au terme de leur consultation interne, les militants de la France insoumise (la moitié, en réalité) se sont prononcés à 65% pour le vote blanc, nul ou l'abstention au second tour de la présidentielle le 7 mai, à 34% pour un vote Macron. Et le coupable sera tout désigné ce dimanche soir en cas d'abstention forte, de gros score pour le FN, voire de victoire de Marine Le Pen : ce sera la faute à Jean-Luc.

Car c'est l'antienne répétée partout et par tous depuis le soir du 23 avril : le tribun a trébuché. Mélenchon s'est montré grincheux comme un perdant, voire mauvais joueur quand il espérait encore que les résultats officiels le placeraient in fine en troisième position devant François Fillon. Mais surtout, il n'EN a pas parlé. Pas de FN dans son discours, pas de "No Pasaran" brandi face à Marine Le Pen. Quoi, lui dont l'engagement anti-extrême droite n'a jamais fait défaut durant sa longue carrière politique, lui dont les talents lyriques sont loués même par ses adversaires, n'avait-il donc rien à déclamer gravement en ce soir de retour du péril FN ?

Qu'importe si dans le camp des vainqueurs, Emmanuel Macron n'a pas non plus, ce soir-là, affiché de gravité spéciale. Qu'importe aussi qu'il y a quinze ans, alors que l'arrivée du père Le Pen au second tour avait plongé le pays dans la stupéfaction, Lionel Jospin n'ait pas fait mieux (de fait, le Premier ministre de l'époque a fait pire, attendant le vendredi soir pour pondre un communiqué n'appelant pas à voter Chirac). Qu'importe si depuis, Mélenchon a clarifié sa position anti-FN. En n'étant pas plus prompt, ni plus explicite, il a commis le pire des péchés républicains. C'eût pourtant été une vision de court terme…

C'eût été en effet négliger un fait notable du premier tour de cette présidentielle, dont nous aurions dû nous féliciter : pour la première fois depuis le 21 avril 2002, un candidat a repris du terrain sur le FN, sans se perdre comme la droite Buisson dans ses thèses nauséabondes. Ayant redirigé une partie du vote des déclassés et, au-delà, du vote contestataire vers son nom, Mélenchon aurait-il dû aussitôt prendre le risque de le braquer ? S'il l'avait fait, la presse unanime aurait applaudi sa noblesse. Mais il aurait lâché la proie pour l'ombre. Car la seule progression du FN entre un fameux 21 avril et un certain 23 avril (quinze ans !) prouve bien une chose, dont personne ne semble tirer les conséquences depuis 2002 : le drapeau de l'antifascisme ne fait plus reculer le FN. Il ne convainc que les convaincus.

C'est un fait : dans une partie de la France déclassée, les valeurs républicaines ne sont plus l'alpha et l'omega du vote. Face à la perspective de perdre son emploi, les leçons d'histoire pèsent bien peu, qui plus est face à un FN largement dédiabolisé sous "Marine". Alors, les partis de tradition républicaine ont raison de rappeler d'où vient le Front national, et surtout où il veut aller. De souligner qui compose l'entourage de sa candidate. De rappeler les mécanismes historiques qui peuvent mener à la catastrophe quand les populismes prennent les rênes du pouvoir. Mais pour que 2022 ne soit pas le troisième épisode de la menace Le Pen, Mélenchon a aussi raison de vouloir continuer à s'attaquer aux racines profondes du vote FN, d'essayer de détourner son électorat de cette chimère. De les conserver donc, précieusement, dans son sillon. Il suit d'ailleurs en cela un principe composant le succès d'Emmanuel Macron, qui le revendique sur le plan économique : regarder la France telle qu'elle est, et non telle qu'on voudrait qu'elle soit. C'est aussi valable au plan électoral.

en plus cadeau de l'huma Lannion ce petit dessin!

Il faut fermer le robinet

 

Tag(s) : #Mélenchon, #France Insoumise, #Présidentielle 2017, #Avenir en commun

Partager cet article

Repost 0