Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

https://cocq.wordpress.com/2017/01/30/les-primaires-dans-les-griffes-du-pouvoir-mediatique/

Par  francoiscocq

Le blog Les médias sont désormais intégralement partie prenante du processus des primaires. Cela change de fait la nature de celles-ci mais aussi les produits qui en sortent. Benoît Hamon vainqueur de la primaire du PS n’a ainsi pas vocation à être élu au mois de mai prochain. A dire vrai il ne l’ambitionne même pas. Mais de la mise en scène de la primaire jusqu’au roman feuilleton des désertions programmées du PS, en passant par le sondage bidon de TNS-Sofres le soir du vote, l’establishment médiatique se sert de ses marionnettes pour jouer la grande comédie.

Un petit peu en décembre mais surtout depuis début janvier, quatre semaines durant, les médias ont saturé la parole publique avec la primaire du PS. Il faut dire que l’exercice se rapproche de plus en plus de la télé-réalité et qu’ils avaient donc quelques intérêts dans l’affaire : voyez cette multiplication des débats qui ont supplanté la campagne, leur multi-retransmission pour se partager le gâteau, cette course à la publicité à laquelle se prêtait même le service-public pour aller acheter des pages entières de journaux pour annoncer là un débat, le lendemain une soirée électorale. Il fallait voir ces radios et ces télés faire des journées spéciales le jour de l’ultime débat, prenant l’antenne 3 heures avant (!) comme un jour de finale de coupe du monde de football (la passion populaire en moins) avant d’enchaîner sur des « débriefing » spéciaux. La primaire est rentrée dans une nouvelle ère qui allie désormais le pouvoir décisionnaire à la raison pécuniaire. Elle doit faire de l’audience et permettre de soigner l’audimat et le portefeuille à coups de rentrées publicitaires. Chez ces gens là, tout se monnaye : la vie démocratique elle-même devient source de profits.

Point d’orgue du spectacle, le brevet de présidentialité décerné au soir du second tour à Benoît Hamon. Peu importe que rien ne soit différent le lendemain de la veille : il faut que l’intrigue rebondisse et que le personnage désormais introduit dans le récit joue le rôle qui lui a été dévolu. Pour cela, seul le résultat compte car le spectateur a remplacé l’électeur comme objet central de la politique médiatique. La participation à la primaire devient subalterne. Inutile de s’appesantir sur la dérobade des non-votants et de cette participation au 2nd tour qui reste de près de 30 % inférieure à celle de la primaire du PS de 2011, date à laquelle le phénomène primaire et sa déclinaison médiatique étaient encore en rodage, et plus que moitié moindre que la primaire de la droite intervenue à peine deux mois plus tôt.

Pour asseoir le personnage et à défaut de poussée populaire, il aurait fallu l’affubler d’un rapport de force interne dynamique au sein du PS. Mais celui-ci n’existe pas plus. Là où les suffrages qui se sont portés sur Benoît Hamon augmentent d’un peu plus de 20 % par rapport aux voix Hamon/ Montebourg / la moitié de Peillon de la semaine précédente, Manuel Valls augmente lui aussi dans les mêmes proportions par rapport aux voix Valls / Pinel / De Rugy / la moitié de Peillon. Bref, les équilibres sont maintenus en l’état.

Qu’importe, TNS-Sofres a la solution. Voilà l’institut qui, comme en 2011, se charge d’ancrer les candidats à coups de sondages bidons sur l’élection présidentielle à venir. Souvenez-vous, le 25 mai 2011, Dominique Strauss-Kahn était encore tout dépenaillé que TNS-Sofres sortait dans la foulée un pseudo-sondage propulsant François Hollande comme candidat de substitution indispensable du PS. Au point que le 31 mai 2011, la commission des sondages, pourtant peu regardante en la matière, avait dû « émettre des réserves sur le caractère significatif des intentions de vote ». Les mêmes récidivent donc cette année en rendant public, au soir du second tour de la primaire, un sondage réalisé les 26 et 27 janvier, soit la veille et le jour même du débat de la primaire pour lequel toutes les rédactions faisaient monter la sauce sur l’air du combat Muhammad-Ali Georges Foreman Kinshasa 1974. Et que croyez-vous qu’il en est sorti ? Une poussée pour Benoît Hamon bien sûr, puisque l’air était empli de son nom. Encore faudrait-il préciser que le sondage a été réalisé en ligne, auprès d’un échantillon d’à peine 1032 personnes, que seules 700 réponses ont pu être prises en compte, et que la rigueur scientifique d’une expérience qui ne l’est pas (quid des fameux coefficients de redressement définis au doigt mouillé ?) amène tout de même à prendre des marges d’erreur de plus ou moins 3,7 % !!!

Si Benoît Hamon en profite, il n’avait sans doute rien demandé. Le but du sondage était ailleurs. Car si celui-ci s’avère fictif tant par sa temporalité que par sa méthodologie, c’est qu’il visait à donner à voir un objet précis. Lequel ? Emmanuel Macron bien sûr. La note qui accompagne le sondage ne s’en cache même pas, en précisant que celui-ci a été réalisé « au lendemain du débat entre les deux finalistes de la Primaire de la Gauche mais aussi des révélations du Canard Enchaîné sur l’emploi fictif qu’aurait occupé la femme de François Fillon ». Il fallait donc faire place nette pour mettre en avant le fils prodigue et pour cela abaisser Fillon d’un côté et écarter Mélenchon de l’autre à coups de Hamon.

Le scrutin est passé mais la comédie médiatique va continuer pour mettre le story-telling de la primaire au service du projet Macron. Prochains épisodes en date ? Les débauchages de cadres du PS pour rejoindre Macron. Il faut dire que Benoît Hamon est un bon client pour conforter la candidature Macron : quand ce dernier cherche par tous les artifices à échapper au bilan gouvernemental qu’il a pourtant insufflé depuis les alcôves de l’Elysée jusqu’à Bercy, Hamon est lui de fait le candidat officiel du PS puisque tel était l’objet de la primaire qui l’a vu le désigner. Et il revendique cette filiation et l’héritage qui va avec : ne s’est-il pas précipité à Solférino dès le soir des résultats pour une photo souvenir sur l’air du « Retrouvons-nous tous ensemble » avec Manuel Valls ? Avant d’aller dès le lendemain chercher consignes à Matignon auprès de Bernard Cazeneuve et faire allégeance à l’Elysée chez François Hollande ? A moins que ce ne soit l’inverse.

La primaire est désormais derrière nous. Elle a permis de désigner le candidat du parti socialiste. C’est en soi déjà beaucoup au regard de l’état de décomposition de ce parti. Elle aura aussi servi à plus que ça, en gelant la surface médiatique pendant un mois pour laisser à M. Macron le temps d’essayer de produire enfin ce qui pourrait s’apparenter à un programme. Elle a retardé également le temps médiatique du « Pénélope gate », les médias ayant surinvesti la primaire du PS et n’ayant pu dans un premier temps se saisir de ce qui s’annonce pourtant comme « l’empeachment de la magouille » du candidat de la droite. Mais elle n’aura pas pour autant servi de rampe de lancement pour une dynamique populaire pour le candidat qui en est ressorti. En prenant des intérêts dans l’affaire et parce qu’ils ont bien compris que le temps est à l’insoumission généralisée, les médias ont transformé leur rapport direct aux primaires, qui les voyait jusqu’à présent désigner par ce biais leur futur champion, en outil de campagne pour mettre en scène des choix faits par ailleurs. Les primaires ne bénéficient plus à ceux qu’on croit. Mais ce sont pourtant toujours les mêmes qui tirent les ficelles.

 

 

Tag(s) : #Analyse Politique, #Election présidentielle 2017, #mensonge de la presse, #Hamon, #Droite, #Parti Socialiste, #PS, #primaire et présidentielle

Partager cet article

Repost 0