Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La soirée électorale de dimanche a vu culminer les approximations, des commentateurs comme des sondeurs. Jamais fourchette d’estimations « sorties des urnes » n’a été aussi grande. Et le Premier ministre en a rajouté une louche avec ses mirifiques 25 à 26 % de suffrages socialistes.

Il faut dire qu’il avait cette fois un prétexte commode : l’institution de binômes complexifie à l’extrême les modes de calcul. Il suffisait ainsi au chef du gouvernement – qui connaît bien l’Intérieur et ses méthodes… - d’ajouter aux scores du PS, non seulement ceux de ses alliés du moment, mais aussi ceux des « divers gauche », quand bien même ils se présentaient sans l’onction du Parti socialiste.

Pour tenter d’y voir plus clair, j’ai utilisé le fichier détaillé des résultats par binômes établi par le PCF (1). J’ai par ailleurs constitué un fichier compilant les données de 2008 et de 2011 dans environ 1400 cantons, pour l’essentiel hors agglomération urbaine dont le découpage autorise le regroupement simple des communes. Pour les zones urbaines profondément restructurées, il faudra donc attendre des analyses plus fines.

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     


 

Tag(s) : #Front de Gauche Lannion, #PCF

Partager cet article

Repost 0